Traductions

Le dossier-anthologie (58 pages, 37 poèmes) de cinq poètes lituaniens contemporains que nous avons monté avec Ainis Selena sera publié ce mois dans le numéro 6 – mai 2019 de la revue Rumeurs, aux éditions la Rumeur Libre. Toutes les traductions ont été assurées par nos soins et on y retrouvera les textes de deux poétesses, Dovilė Kuzminskaitė et Giedrė Kazlauskaitė, ainsi que de trois poètes, Dainius Gintalas, Liudvikas Jakimavičius et Rimvydas Stankevičius. Pourtant traduits dans de nombreuses langues, la plupart de ces poètes ne l’avaient jamais été en français. Une préface remet en contexte cette poésie lituanienne très peu connue en France. Les cinq poètes traduits sont chacun à leur façon représentatifs de différents mouvements qui traversent et constituent aujourd’hui la poésie contemporaine lituanienne, même s’il est bien sûr impossible de vouloir prétendre à l’exhaustivité dans un dossier comme celui-ci. Toutes les informations sont à venir sur le site de la Rumeur Libre, ici.


Grondent les tambours de la nuit
les tambours les plus absolus du monde
grondent à fracasser le silence –
cela, c’est ton cœur
quand tu restes près de la fenêtre, nu
attendant que les premiers confins
s’éclaircissent sur ce côté de ciel
que tu n’aperçois pas encore

/// Liudvikas Jakimavičius

La Folie d’Alekseyev à Ligne 21

Après avoir passé le mois de février à Ligne 21, dans le Finistère, j’y reviens pour une lecture en forme de fausse sortie de résidence. Je n’y lirai pas de nouveaux textes encore, puisqu’il s’agissait là d’une résidence de recherche pour un livre à venir, mais j’y présenterai la version solo de la lecture théâtralisée La Folie d’Alkseyev, avec images d’archives soviétiques autour de l’ingénieur soviétique Alekseyev, et musique.

Ce sera le vendredi 5 avril à 20h30
LIGNE 21
lieu-dit Lesmel, route de Saint Albin
Plogonnec (29180).

L’entrée sera libre et la sortie tout autant. La réservation est conseillée au 06 68 58 34 98.

J’espère avoir le plaisir de vous y rencontrer.

La Maison des écrivains et de la littérature en péril

Pétition de la M.É.l. adressée à Ministre de la culture M. Franck Riester.


Le péril est immédiat. Les droits dus aux auteurs engagés avec elle et les salaires de l’équipe de cette maison ne peuvent plus être versés.

Pourquoi ?

Depuis sa création en 1986, à l’initiative du ministère de la Culture, la Maison des écrivains et de la littérature (Mél) a toujours été dépendante du Centre National du Livre. Elle était hébergée dans ses locaux jusqu’à ce que le CNL décide une extension de ses services et lui demande de déménager. Depuis, les relations avec le CNL sont devenues fort difficiles, alors que la Mél avait été créée pour permettre, en tant qu’association seule habilitée à le faire, de rémunérer les écrivains pour leurs interventions dans le cadre de missions d’éducation des publics les plus divers (ateliers de lecture, d’écriture, rencontres  en milieu scolaire ou universitaire, conférences sur la littérature contemporaine, etc.). Début juillet 2018, tirant les leçons d’une situation de plus en plus tendue, Françoise Nyssen, ministre de la culture, a décidé que la Maison serait désormais rattachée à la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de l’Île-de-France, sans avoir pour autant à restreindre son action au seul territoire francilien. En effet, les missions concernent l’ensemble du territoire national. Une lettre du ministère aurait donc dû être adressée à la DRAC de l’Île de France, attribuant  les crédits déconcentrés nécessaires à la survie de la Mél.

Mais cette lettre, sept mois plus tard, la DRAC de l’Île de France ne l’a toujours pas reçue. En conséquence, aucun crédit ne peut être débloqué.

Pourquoi ? Nous ne comprenons pas.

Devant le silence persistant du ministère de la Culture, nous demandons une réponse urgente.

Nous attendons une réponse digne des pouvoirs publics qui ont porté la Maison des écrivains et de la littérature à l’origine et lui ont donné pour mission de travailler partout en France avec les écrivains. Nous n’avons pas compris ce désengagement du CNL depuis quelques années, qui conduit aujourd’hui à une situation de crise inédite et injuste, car l’activité de la Mél n’a cessé, à la demande même des pouvoirs publics, de s’enrichir et de se développer.

Par ailleurs, nous avons appris que la somme allouée ne prendrait plus en compte l’action de la Mél dans les régions où elle œuvre pourtant chaque jour, notamment pour des actions de cette éducation artistique et culturelle qui est au cœur des discours gouvernementaux.

C’est paradoxal et impensable.

Par ses actions, à travers ses programmes nationaux, la Mél est un outil majeur de l’émancipation par l’art qu’est la littérature. Elle met au cœur de ses missions la réflexion qui doit aller de pair avec l’action.

Il existe maintes manières de faire connaître la littérature contemporaine, de développer la lecture en présence des auteurs, de faire ainsi la découverte de langues singulières, de cheminer dans les textes, de les interpréter, de les comprendre et de s’enrichir à leur contact. C’est ainsi que travaille la Mél et que nous élaborons avec elle des rencontres, indépendantes de tout souci de promotion lié à l’actualité littéraire immédiate, mais en revanche constamment à l’écoute de la création contemporaine dans toute sa diversité. Ces rencontres ont lieu entre les œuvres et les lecteurs, jeunes ou moins jeunes. Ces voies diverses, la Mél les explore depuis sa création. C’est pourquoi nous demandons aux pouvoirs publics de ne pas faillir à son égard. La mettre en péril, c’est nous mettre en péril et affaiblir cruellement l’éducation artistique et culturelle.

Les enjeux de la création littéraire passent aussi par notre maison. Nous refusons de nous en priver. Notre mobilisation est totale et notre soutien entier.”


Vous pouvez signer la pétition de soutien à la M.É.L. en suivant ce lien.

Sonofête à la Ligne 21

Je participerai à la 1ère Sonofête de la Fausse Compagnie, vendredi 22 février à Ligne 21, lieu de résidences et de spectacles à Plogonnec, dans le Finistère Sud. Celle-ci fait partie du vaste projet de Sonothèque Nomade que cette compagnie de spectacle vivant met en place sur le long terme. Impromptus musicaux, forains et de lectures, de la part des comédiens comme du public sont au programme. Rendez-vous à 19h33. Entrée libre, après adhésion annuelle de 2€ à l’association Ligne 21. Sonosoupe offerte. Venez comme vous êtes, avec des poèmes dans vos poches ; on vous espère.

Parution de l’anthologie La Beauté

L’un des poèmes issu de mon recueil Fleurs a été choisi pour figurer dans l’anthologie La Beauté, parue le 7 février aux éditions Bruno Doucey. Le thème de l’anthologie est bien sûr lié à celui du Printemps des Poètes de cette année 2019.

Présentée comme un éphéméride, la sélection, établie par Bruno Doucey et Thierry Renard, comprend également des textes de, entre autre, Guillaume Apollinaire, Charles Baudelaire, Jeanne Benameur, Patrick Chamoiseau, Andrée Chedid, François Cheng, Moon Chung-hee, René Depestre, Ananda Devi, Roger Dextre, Hélène Dorion, Lili Frikh, Brigitte Giraud, Hermann Hesse, Lénore Kandel, Patrick Laupin, Hala Mohammad, Bernard Noël, Paola Pigani, Isabelle Pinçon, Arthur Rimbaud, Valérie Rouzeau, Sapho, ou Jean‑Pierre Siméon…

Vœux 2019

Normal ist gefährlich

Très bonne année 2019 à toutes et tous !

Interference Festival

Akademik Lomonosov, le film réalisé par Cinéma Fragile sur les texte et musique de Saint Octobre est en sélection et compétition finale pour le prix du festival Interference de Gdańsk, en Pologne. Interference est un festival dédié au formes courtes et expérimentales de cinéma, musicales ou non. Après projection de tous les films finalistes, les deux lauréats, catégorie Music video (dans laquelle concourt Akademik Lomonosov) et Experimental Short Visual Form seront désignés le 13 décembre au Parlament Club de Gdańsk.

Festival Interference

Poésie Nomade en Provence

Session d’hiver : les 30 novembre et 1er décembre à Oppède (84).

J’y ferai une lecture accompagnée d’images d’archives autour de l’ingénieur soviétique Rostislav Alekseyev et de ses étranges avions de ras de sol.

Nous vous espèrons !

Poesie Nomade en provence_Dec_2018

Alk pilote

KM flotte

Alk neige

 

Poésie Nomade en Provence

Je serai le 1er décembre prochain en lecture à Oppède (84), près de Cavaillon, dans le cadre du festival Poésie Nomade en Provence. Ce festival itinérant, qui s’étire en plusieurs dates tout au long de l’année dans différents lieux et villages de la région provençale, est organisé par Antoine Gallardo et l’association la Boucherie Littéraire. J’y lirai des textes tirés de la Folie d’Alekseyev et des images d’archives autour de cet ingénieur soviétiques seront projetées en accompagnement visuel poétique au texte.

Seront également présents sur les deux jours de cette session de décembre du festival, Roselyne Sibille, Jean-Pierre Gandebeuf, Estelle Fenzy, Albertine Benedetto ou encore Marlène Tissot. On y pourra voir les peintures de Pierre Giroux et Laurent Xavier Cabrol. Toutes les lectures du festival sont en entrées libres.

Les informations actualisées détaillées, horaires et lieux, sont à retrouver sur le site du festival en suivant ce lien.

Logo_PNEP_18-19 Logo-la-Boucherie-litteraire

Lecture à la Scène Poétique de Lyon

ENS Logo

 La Scène Poétique, cycle de poésie parlée réalisé par Patrick Dubost, en collaboration avec le Centre d’Études et de Recherches Comparées sur la Création dirigé par Eric Dayre et les Affaires Culturelles de l’ENS,

accueille le mercredi 21 novembre 2018 à 18h30

Claude Favre & Jean-Baptiste Cabaud

*

Claude Favre

©Jean Marc de Samie

Claude Favre, poète électrique, a sauté de cheval un peu brusquement, en a égaré sa biographie. A des embarras de langues, les détraque en performances écrites ou non de ses textes ou d’autres, seule ou avec des musiciens, circassiens, danseurs … en tentatives de conversations, frémissements de voix, rapts et concrétions, d’argot divagations et blagues à la gomme, carambolages étymologiques, structures accidentées, en basses fréquences pour capter les microséismes, mettre au jour les effets du désordre que charrie l’ordre. Anime des stages Musique & Voix pour lecteurs et musiciens avec le violoniste de jazz Dominique Pifarély. Adore dire des bêtises.

Dernières publications :
Métiers de bouche, Ink, 2013
Vrac conversations, L’Attente, 2013
A.R.N._voyou, éd. Revue des Ressources, 2014
crever les toits, etc., éd. Al Dante/presses du réel,octobre 2018

Claude Favre 2 Claude favre 3

*

JBCabaud©AnneBouillot

©Anne Bouillot

Jean-Baptiste Cabaud se consacre entièrement à la poésie, écrite, parlée, dessinée. Son travail artistique, seul ou en collaboration (peinture, photo, cinéma), s’articule majoritairement autour des territoires et espaces isolés (zones Arctiques, steppes, paysages de montagne, vide stellaire…), s’intéresse aux sciences et techniques comme lieu de poésie et questionne le rapport de l’Homme à la solitude, au réel et à sa propre humanité. Il donne lectures et performances scéniques régulières en France et à l’étranger (Berlin, Lituanie, Slovénie, Roumanie, Rép. Tchèque…) en voix seule ou au sein de sa formation de poésie-électro Saint Octobre. Ses dessins ont été donnés à voir lors d’expositions en Lituanie et en France. Jean-Baptiste a traduit à quatre mains de la poésie tchèque, lituanienne et anglaise.

Dernières publications :
La Folie d’Alekseyev –  Éditions Dernier Télégramme, 2017
Nouveau Noum [Saint Octobre] –  Éditions la Passe du Vent 2016
Fleurs – Éditions La Passe du Vent 2014
Le Livre pour sortir au jour –  avec Magali Mélin – Éditions le Pédalo Ivre 2013

Saint Octobre - Nouveau Noum Mise en page 1

*

Salle Kantor de l’ENS Lyon
15 parvis Descartes, sur l’avenue Jean Jaures (en face du 249)
métro Debourg – 18h30

ENS plan